Bourse de Paris : Combien coûte une IPO ?

Il y a 4 mois 23

La route est longue pour une société qui veut être cotée sur un marché financier, c’est-à-dire atteindre l'étape qui correspond, dans l'imaginaire collectif, au moment où le cours de bourse s'affiche et commence à fluctuer en vert et en rouge. Globalement, il faut compter entre 18 et 27 mois entre le moment où la décision a été prise par le management d'une société et les premiers échanges, dont deux deux-tiers (12 à 18 mois) consacrés aux opérations de planification et de mise à niveau. Dans une étude récente réalisée aux Etats-Unis par PwC sur un échantillon de 315 IPO, il apparaît que les coûts liés à l'opération elle-même sont répartis en cinq grandes catégories : comptabilité, juridique, Impressions & Documents officiels, coûts de cotation et intermédiaires financiers. La dernière catégorie est de loin celle qui coûte le plus cher : entre 60 et 90% des frais, selon la taille de l'opération.

Le coût de la cotation elle-même n'est pas très important

En France, nous prendrons l'exemple d'Euronext, qui accueille des émetteurs sur trois marchés. Euronext Access, qui n'est pas réglementé, bénéficie d'obligations très allégées. Euronext Growth est un marché réglementé dédié aux valeurs moyennes, au formalisme moins contraignant que le marché star, Euronext. L'opérateur boursier éponyme prélève des frais en échange de l'accès à ses plateformes.

Sur Euronext Access (ex-Marché Libre) :

Une première admission coûte une commission fixe de 5 000 EUR augmentée de 0,125% de la capitalisation boursière. La somme des commissions est toutefois plafonnée à 300 000 EUR. Exemple : j'introduis ma société dont la capitalisation boursière sera de 2 millions d'euros, mes frais seront de 5 000 + (0,00125 X 2 000 000) = 7500 EUR.

Source Euronext : Brochure tarifaire listing 2020

Une fois admis, l'émetteur paie un abonnement annuel de 2 940 EUR pour la cotation de ses titres de capital.

Source Euronext : Brochure tarifaire listing 2020

Sur Euronext Growth (ex-Alternext) et Euronext : 

La commission de première admission comprend une part fixe et une part variable qui est fonction de la capitalisation boursière, selon le tableau ci-dessous. Le coût varie de 10 000 à 2 250 000 EUR (même si bien sûr une commission de 10 000 EUR reste purement théorique car il faudrait que la capitalisation boursière de l’entreprise soit de 0).

Source Euronext : Brochure tarifaire listing 2020

Une fois admis, l'émetteur paie un abonnement annuel dont le montant varie en fonction du nombre de titres et de la capitalisation. Là encore, il faut prendre en compte le tableau ci-dessous. Le coût varie entre 3 000 et 56 000 EUR.

Source Euronext : Brochure tarifaire listing 2020

Les montants ci-dessus concernent une ligne de cotation unique. Euronext facture aussi à l'émetteur les lignes additionnelles de capital ou de créances et les opérations sur titre qui interviennent durant la vie de la société.

La somme des autres frais est conséquente

Evidemment, une société qui entre en bourse fait aussi face à des frais supplémentaires liés à l'opération elle-même puis aux obligations qui en découlent. Pour accéder aux marchés réglementés, la facture monte assez vite : conseils pour monter le dossier, certification des comptes, intermédiaires financiers, frais AMF, frais d'agence de communication… etc. C'est le prix à payer pour l'appel public à l'épargne et le bénéfice d'une exposition accrue.

Dans son prospectus d'entrée en bourse, une société est tenue de préciser ses dépenses liées à l'offre. Les données que nous avons compilées sur la période 2015 à 2018 montrent que les frais peuvent être très variables en données relatives (pourcentage que représentent les frais par rapport aux fonds levés). Ils sont en général élevés pour les opérations de petite taille (plus de 17% par exemple selon nos pointages pour une levée de fonds de moins de 10 millions d'euros pour une société qui s'est introduite sur Euronext Growth en 2018) et plus restreints pour les introductions de grande taille (à peine plus de 3% pour Amundi en 2015). Pour schématiser, chaque société a son propre pouvoir de négociation et ses propres atouts. Ce que nous allons énoncer ci-dessous ne se vérifie pas à 100%, mais il n'est pas rare de retrouver :

des frais représentant plus de 10% des montants levés pour les IPO de moins de 10 millions d'euros des frais compris entre 5 et 10% pour les IPO comprises entre 10 et 500 millions d'euros des frais de moins de 5% pour des IPO de plus de 500 millions d'euros

Processus IPO

Source : Zonebourse (cliquer pour agrandir)

Les frais liés exclusivement à Euronext (110 410 EUR dans notre exemple) sont modestes au regard de l'enveloppe globale

Et ce n'est pas fini. Une fois cotée, la société paiera son abonnement Euronext mais sera aussi astreinte à de nouvelles obligations réglementaires qui ont, elles aussi, un coût. L'étude de PwC précitée montre que la moitié seulement des directeurs financiers d'entreprises américaines qui ont franchi le pas de l'IPO avaient correctement estimé les frais récurrents incompressibles des années qui ont suivi. Ils étaient 43% à s'attendre à des coûts un peu moins élevés, et 7% à des coûts beaucoup moins élevés. 90% des 315 sociétés sondées par PwC estiment que les coûts liés à leur cotation représentent entre 100 000 et 1 900 000 USD par an (dont 67% dans la fourchette 1 à 1,9 million d'USD). Pour les 10% restantes, ces coûts dépassent 2 000 000 USD. Des frais qui n'ont pas empêché 23 sociétés de franchir le pas en 2019 sur Euronext Paris, dont 5 sur Euronext, 10 sur Euronext Growth et 8 sur Euronext Access. 

Pour comprendre le processus d'IPO du côté de l'investisseur, consultez notre dossier.

Lire la Suite de l'Article