Bourse Zurich: le SMI remonte la pente à l'approche de la mi-journée

Il y a 1 mois 5

Zurich (awp) - Après une entame de séance poussive, la Bourse suisse remontait la pente mercredi à l'approche de la mi-journée. Outre les évolutions concernant la pandémie de Covid-19 et la poursuite de la saison des résultats 2020, avec ceux de Lonza, notamment, les investisseurs se focaliseront dans l'après-midi sur la conférence de presse de la Réserve fédérale américaine (Fed).

L'institut d'émission pourrait décevoir les investisseurs s'il devait se mettre en mode "wait and see", comme la BCE il y a une semaine, a commenté John Plassard, de Mirabaud Banque. Ils veilleront aussi en soirée à la publication des résultats de plusieurs géants de la technologie, dont Apple, Facebook et Tesla.

En matière d'informations macro-économiques, le moral des ménages en France s'est nettement replié en janvier après avoir rebondi en décembre, la part de ceux qui veulent épargner se rapprochant de son plus haut niveau historique.

En Suisse, l'optimisme reste de mise parmi les analystes financiers, malgré l'apparition de formes mutantes du coronavirus. La plupart des experts s'attendent à voir les plus importantes restrictions mises en place levées avant la fin du premier semestre, même si les mesures fiscales en particulier pour les cas de rigueur, risquent de devoir être maintenues.

Après un début de séance en baisse de 0,44%, l'indice SMI s'est progressivement repris en cours de matinée, non sans quelque hésitation toutefois. Vers 10h40, il notait à 10'984,23 points, soit une hausse de 0,18%, après avoir tout juste franchi la barre de 11'000 points à 11'000,05 points.

Le SLI progressait de manière nettement moins affirmée, ne gagnant qu'un tout petit 0,05% à 1727,18 points, alors que l'indicateur élargi SPI s'étoffait de 0,26% à 13'647,28 points.

Sur les trente valeurs constituant le SLI, quatorze s'affichaient en repli et autant en progrès, alors que Richemont et SGS faisaient du surplace.

Swisscom (+3,2%) se hissait tout en haut de tableau, sans information particulière. Le numéro un suisse des télécoms devançait la volatile AMS (+2,1%), le bon Schindler et Temenos (tous deux +1,3%).

Les poids lourds de la cote, Nestlé (+1,1%) et Novartis (0,6%), surtout soutenaient l'indice, tout comme Roche (+0,3%) dans une moindre mesure.

Clariant (+1%), Sonova (+0,8%) et Alcon (+0,8% également) se joignaient au camp des gagnants.

Plutôt résistants en début de séance, après la publication la veille par LVMH de bons résultats annuels, Richemont et Swatch Group (-0,20%) marquaient le pas.

Côté perdants, Lonza (-2,5%) subissait le plus important repli. Le sous-traitant de l'industrie pharmaceutique et futur ex-chimiste de spécialités a généré l'an dernier un chiffre d'affaires de 4,51 milliards de francs suisses, en hausse de 7,2% sur un an à périmètre comparable. Le groupe rhénan a aussi indiqué avoir procédé à une sélection des offres présentées pour la reprise de LSI et espère pouvoir conclure une transaction avant le printemps, promettant déjà à ses actionnaires une redistribution de valeur ajoutée.

Sika (-1,3%) et Lafargeholcim (-0,8%) étaient aussi en souffrance, tout comme UBS (-0,6%) et ABB (-0,8%). Le géant zurichois de l'électronique a indiqué avoir pris une participation significative dans la firme canadienne PMI

Parmi les valeurs bancaires, tout comme UBS, son dauphin Credit Suisse lâchait 0,29%, alors que Julius Bär (+0,14%) offrait un peu plus de résistance.

Du côté du marché élargi, Mikron bondissait de 3,8%. Le fabricant biennois de machines a certes vu ses ventes fondre de plus de 21% sur un an en 2020 et ses commandes de 7,3%. Cependant, le carnet d'ordres présentait à fin décembre un niveau supérieur à celui présenté douze mois auparavant.

Ascom (+3,3%) était aussi à la fête. Repositionné dans les solutions d'information et de communication pour le secteur de la santé, le groupe basé à Zoug a enregistré en 2020 une amélioration de son chiffre d'affaires et de sa rentabilité opérationnelle (Ebitda).

Comet (+2,4%) brillait également, après avoir annoncé comme attendu une performance 2020 en net progrès, le spécialiste fribourgeois des rayons x et fréquences radio ayant dégagé un bénéfice net de 27,7 millions de francs suisses, soit plus du double des 12 millions engrangés en 2019.

Barry Callebaut abandonnait 0,5%. Le numéro un mondial des produits à base de cacao et de chocolat a enregistré au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 une baisse de ses volumes et de son chiffre d'affaires. Ce dernier a chuté de 11,2% à 1,8 milliard de francs suisses.

Landis+Gyr (-0,5%) a dévoilé de nouveaux objectifs pour 2023, notamment pour le dividende, à l'occasion de sa journée des investisseurs. Le fabricant zougois de compteurs électriques annonce en outre l'acquisition d'une entreprise spécialisée dans la cybersécurité.

Rieter (-2,7%) chutait nettement. Le fabricant zurichois de composants et de machines textiles a subi un recul de 25% de ses recettes et ses entrées de commandes de 31% l'an passé, le premier semestre ayant particulièrement pâti de la crise pandémique. Malgré une reprise constatée au 2e semestre, la chute est encore plus lourde que celle crainte par les analystes. Les résultats devraient s'en ressentir.

vj/jh/fr

Lire la Suite de l'Article