Confinements : 6 données qui montrent à quel point la vie des Franciliens a été bouleversée

Il y a 4 mois 31

Réservé aux abonnés

INFOGRAPHIES - Pollution, bruit, électricité... Les deux confinements n'ont pas eu des effets de la même intensité, cependant plusieurs mutations s'inscrivent dans la durée.

La pollution au dioxyde d'azote a diminué de 20% en région parisienne.

La pollution au dioxyde d'azote a diminué de 20% en région parisienne. JuanCarlos - stock.adobe.com

Lors du premier confinement, la France s'était mise en veille durant deux mois. Et la capitale tout particulièrement, avec une désertion record d'un quart de ses habitants. Tous les indicateurs tendaient à démontrer cette mise entre parenthèses de la vie quotidienne des Franciliens : baisse jusqu'à -70 % des émissions de polluants liés au trafic routier, mais aussi baisse de la collecte de déchets jusqu'à -32% ou baisse de la consommation d'électricité de -20% à -30% liée à la fermeture de la plupart des industries.

À lire aussi :Eau, animaux, transports… Comment le confinement a transformé le quotidien en Île-de-France

Ce deuxième confinement, moins drastique avec notamment la poursuite de la plupart des activités industrielles, n'a pas eu les mêmes effets, loin de là. Certes la plupart des indicateurs sont en baisse par rapport à un mois de novembre «normal», mais les chiffres sont bien moins évocateurs qu'au printemps. Pour autant, certains indicateurs semblent montrer que des mutations de fond, ou du moins durables, sont en train de s'établir. Tour d'horizon.

Forte baisse de la pollution dans Paris

C'est le niveau de dioxyde

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? Connectez-vous

Confinements : 6 données qui montrent à quel point la vie des Franciliens a été bouleversée

S'ABONNER

Lire la Suite de l'Article