Pixels Économie française

Une PME française devra verser 10 000 euros pour avoir employé des pratiques mensongères sur son site de vente en ligne.

Parmi les pratiques épinglées par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), l’affichage d’un prix de référence qui n’est en réalité jamais pratiqué par le site. Parmi les pratiques épinglées par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), l’affichage d’un prix de référence qui n’est en réalité jamais pratiqué par le site.

Une société française, Disinfluence, a accepté de payer 10 000 euros dans le cadre d’une procédure d’amende transactionnelle, dans un dossier de pratiques commerciales mensongères, a annoncé mercredi 24 février la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Le site visé par l’enquête de la DGCCRF propose des « pommeaux de douche filtrants » ; un gadget couramment vendu sur des sites de « dropshipping », cette pratique commerciale consistant à vendre des objets qui sont livrés directement du producteur, le plus souvent en Chine, au client final.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Derrière l’arnaque au climatiseur miracle, les réseaux mondialisés du « dropshipping »

Or, note la DGCCRF, le site présentait des « informations trompeuses sur les qualités substantielles du produit et sur les résultats attendus de son utilisation en matière d’économie d’eau et de bienfaits pour la santé ». Les enquêteurs ont également constaté que le site publiait des commentaires élogieux « faussement présentés comme certifiés par un organisme tiers », présentait un « prix de référence du produit qui n’avait jamais été pratiqué et ne correspondait pas au prix de marché », et affichait aussi un faux compte à rebours pour inciter les clients à acheter.

Ces pratiques déloyales sont courantes sur de nombreux sites de « dropshipping », qui vendent aussi bien des pommeaux de douche que des gadgets électroniques ou des vêtements. La DGCCRF affirme que ces sites font l’objet d’« une attention renforcée et continue (…) en raison des arnaques qu’ils peuvent susciter ».

Lire aussi Devenir riche sur Internet sans rien faire : les mirages du « dropshipping »

Le Monde

Contribuer

Services

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.