Économie Énergies renouvelables

Dans une étude publiée le 27 janvier, le gestionnaire du Réseau de transport d’électricité et l’Agence internationale de l’énergie détaillent la faisabilité d’un système électrique basé sur les énergies éolienne et solaire.

Article réservé aux abonnés

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, lors d'un entretien avec Xavier Piechaczyk, le président du directoire de RTE dans le bureau de la ministre, au 246 Boulevard Saint-Germain, à Paris, le 25 janvier 2021. Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, lors d'un entretien avec Xavier Piechaczyk, le président du directoire de RTE dans le bureau de la ministre, au 246 Boulevard Saint-Germain, à Paris, le 25 janvier 2021. ED ALCOCK / MYOP POUR "LE MONDE"

Au large des côtes françaises, une soixantaine de parcs éoliens tournent à plein régime. Sur terre, près de 20 000 éoliennes maillent le territoire et les installations photovoltaïques atteignent une puissance installée de 100 gigawatts. Nous sommes en 2050 et les derniers réacteurs nucléaires encore en fonctionnement doivent être progressivement mis à l’arrêt d’ici à une décennie. L’essentiel de l’électricité utilisée en France est désormais d’origine renouvelable.

Ce scénario est-il totalement utopique ? Ou préfigure-t-il au contraire l’avenir de la politique énergétique ? Dans une étude très attendue publiée mercredi 27 janvier, le gestionnaire du Réseau de transport d’électricité (RTE) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) détaillent les conditions techniques indispensables à la mise en place d’un système électrique fondé sur des parts très élevées d’énergies renouvelables. Un document commandé par le ministère de la transition écologique en 2019 afin de confirmer la faisabilité d’une hypothèse 100 % renouvelables.

« C’est un rapport qui fera date dans l’histoire énergétique française, et peut-être même mondiale, se réjouit l’actuelle ministre de la transition écologique, Barbara Pompili. Le scénario 100 % renouvelables entre dans le champ des possibles. » Même si plusieurs études avaient déjà étudié cette possibilité, ce rapport est le premier émanant d’institutions reconnues mondialement pour leur capacité de modélisation.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Barbara Pompili : « Nucléaire ou renouvelables, nous devons avoir plusieurs options »

Si la feuille de route énergétique de la France – la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) – trace la voie à suivre jusqu’à 2028, le pays devra ensuite arbitrer entre plusieurs options. Aujourd’hui, environ 70 % de l’électricité est issue du nucléaire, et donc largement décarbonée. Mais d’ici à trente ans, la quasi-totalité des réacteurs construits dans les années 1980 et 1990 auront été mis à l’arrêt.

Or, pour respecter ses engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, la France s’est engagée à atteindre l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050 en misant notamment sur un recours accru à l’électricité. Elle devra donc faire un choix, rappelle le rapport : remplacer certains réacteurs en fin de vie par de nouveaux, ou substituer intégralement ces réacteurs par des énergies renouvelables.

Des conditions « cumulatives »

Cette seconde option, qui n’a encore jamais été mise en œuvre à grande échelle, a jusqu’ici suscité un fort scepticisme notamment chez les partisans du nucléaire. « Le débat français n’ayant pas permis de parvenir à un consensus sur la possibilité globale d’un futur système électrique fondé uniquement sur les énergies renouvelables, la première étape consiste à évaluer si un tel système pourrait être techniquement réalisable », écrivent ainsi les auteurs de l’étude.

Il vous reste 59.54% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.