La chaîne de restaurants Flunch demande à être placée sous procédure de sauvegarde

Il y a 1 mois 16

«Un maximum de 1300 postes devraient être concernés» par le projet de «redimensionnement», a indiqué l'enseigne du groupe Mulliez.

L'enseigne de restauration française Flunch (groupe Mulliez), qui compte 227 restaurants, a demandé à être placée sous procédure de sauvegarde «pour faire face aux difficultés majeures liées à la crise sanitaire» et cherche à céder une soixantaine d'établissements, a-t-elle annoncé mercredi.

À lire aussi :«C'est juste pour des potes» : plongée dans le monde des restaurants clandestins

Sur près de 5.000 collaborateurs, «un maximum de 1.300 postes devraient être concernés» par le projet de «redimensionnement» du parc de restaurants de l'enseigne, dans le cadre duquel une soixantaine d'établissements devraient être cédés, «avec la possibilité d'ouvrir un PSE, après consultation des représentants du personnel», a précisé l'entreprise dans un communiqué.

Un «projet pour redresser l'entreprise»

Ces restaurants seront «proposés à la reprise, en priorité aux collaborateurs de l'enseigne et aux franchisés actuels», puis dans un second temps, à d'autres professionnels de la restauration, a précisé une porte-parole à l'AFP. «L'idée est de proposer un projet pour redresser l'entreprise», qui va se recentrer sur ses établissements les mieux placés et les moins déficitaires du fait de la pandémie de Covid-19, afin de redémarrer en position financière plus favorable, lorsque les restaurants pourront rouvrir.

À lire aussi :La fermeture des restaurants profite à la viande française

Durement éprouvée par la crise sanitaire, l'enseigne a vu son chiffre d'affaires plonger de près de 212 millions d'euros (-57%) l'an dernier, pour les 161 restaurants détenus en propre en France. Sur les 227 restaurants Flunch que compte l'enseigne, 66 sont des franchisés, et ne sont pas concernés par ce projet - pas plus que les 7 restaurants Flunch en Italie, non comptés dans les 227 établissements-, a indiqué la porte-parole.

Un PSE pour certains collaborateurs

Vendredi aura lieu une audience au tribunal de commerce de Lille, qui examinera l'ouverture de cette une procédure de sauvegarde. Celle-ci «devrait permettre à l'entreprise de se donner du temps en termes de trésorerie en attendant la reprise de l'activité commerciale dont la date reste toujours incertaine, et de poursuivre son plan de transformation», souligne le communiqué.

«On ne s'attendait pas à un plan d'une telle ampleur», a déclaré à l'AFP Grégory Dubois, délégué syndical central CFDT. «Soixante restaurants, c'est quand même énorme». L'option de procéder à un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) ne serait envisagée que pour certains des collaborateurs des restaurants qui ne feraient pas l'objet d'une reprise, et des «fonctions support», à savoir les salariés du siège, a précisé la porte-parole.

À lire aussi :En Italie, des restaurants bravent l’interdiction d’ouvrir

Créée en 1971, l'enseigne Flunch revendique être «la première chaîne française de restauration en libre-service» et servait avant le Covid, quelque 55 millions de clients chaque année.


À VOIR AUSSI - Chômage partiel: «Le quoi qu'il en coûte durera aussi longtemps que la crise le nécessitera», assure Élisabeth Borne

Lire la Suite de l'Article