Télétravail : l'employeur peut-il supprimer les titres-restaurants ?

Il y a 1 mois 33

Réservé aux abonnés

DÉCRYPTAGE - Des employeurs jugent que l'octroi de cet avantage ne se justifie plus pour les télétravailleurs.

Pour certains employeurs, l'octroi de titres-restaurants ne se justifie pas pour les salariés en télétravail.

Pour certains employeurs, l'octroi de titres-restaurants ne se justifie pas pour les salariés en télétravail. PHILIPPE HUGUEN / AFP

L’employeur doit-il prendre en charge le repas de ses employés lorsqu’ils sont en télétravail ? La question fait débat dans certaines entreprises où les salariés contraints de rester chez eux ont été privés de titres-restaurants.

À lire aussi :Ces salariés à qui on refuse le télétravail pendant la crise

C'est le cas notamment en Loire-Atlantique, chez les pompiers professionnels du service départemental d'incendie et de secours (SDIS). «Les titres-restaurants ont été supprimés à tous les personnels en télétravail, excepté les jours où ils revenaient sur site», explique au Figaro Thierry, sapeur-pompier au sein du SDIS Loire-Atlantique et l'un des administrateurs du syndicat SUD SDIS 44. Après discussion, la direction a accepté de rétablir les titres-restaurants et de verser ceux qui n'avaient pas été donnés les mois précédents.

Chez Agrica aussi, la direction a fait marche arrière. En mars dernier, le groupe de protection sociale complémentaire consacré au monde agricole avait décidé de supprimer les titres-restaurants pour les employés de ses sites en région afin de respecter une équité avec ceux travaillant à Paris, et dont la cantine était fermée en raison de la crise sanitaire. Une décision incompréhensible pour la section CFDT du groupe, qui a obtenu le rétablissement de cet avantage.

Que dit la loi ?

Car en agissant ainsi, les entreprises

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? Connectez-vous

Lire la Suite de l'Article